Naturopathie : l’essentiel pour comprendre et se former


La naturopathie est l’une des médecines douces les plus utilisées, pourtant elle reste encore mal connue.

Victime d’idées reçues, elle est souvent assimilée à des recettes de grand-mère, bien loin de la véritable démarche scientifique sur laquelle elle s’appuie. Vous avez envie de mieux comprendre cet art, ou de devenir naturopathe ? Voici tout ce que vous avez besoin de savoir !


 

Qu’est-ce que la naturopathie ?

Avant d’analyser les principes de fonctionnement de la naturopathie, il est important de comprendre de quoi il s’agit précisément, loin des préjugés et des lieux communs.

Une médecine aux origines millénaires

La naturopathie est une forme de médecine dite douce, ou médecine alternative, naturelle qui vise à protéger la santé de chacun en ayant recours à des moyens totalement naturels. On retrouve les premières traces de cette manière de soigner traditionnelle dans la Grèce Antique. Elle est alors pratiquée et enseignée par celui qui est considéré par beaucoup comme l’un des pères de la médecine : Hippocrate.

Enseignée par l’école de Cos, elle s’appuie sur plusieurs grands principes :

  • la recherche systématique de la cause profonde de tout symptôme de maladie observable ;
  • la reconnaissance d’une énergie vitale propre à chacun qui permet au corps de se réparer lui-même ;
  • une connaissance parfaite du fonctionnement du corps et de la bonne circulation des fluides internes ;
  • la mise en place d’une hygiène de vie destinée à permettre à l’organisme de s’auto-guérir au moyen de techniques naturelles.

Cette pratique s’est donc développée au même moment et en parallèle de celle qui a donné naissance à la médecine allopathique. Qui est largement pratiquée aujourd’hui. Loin d’être basée sur des superstitions et des remèdes de grands-mères comme le prétendent souvent ses détracteurs, elle se nourrit d’une véritable réflexion scientifique.

Petite histoire de la naturopathie moderne

Si la pratique a largement perduré en Orient, son histoire Occidentale moderne débute aux États-Unis à la fin du 19e siècle. On doit l’invention du mot à un certain John H Scheel, qui revend ensuite le droit d’utiliser le terme. Sous l’impulsion de plusieurs associations de naturopathe, cette forme de médecine douce se développe sur l’ensemble du territoire et gagne une certaine légitimité en s’invitant jusque dans les sanatoriums.

En Europe, et notamment en France, l’arrivée du courant naturopathe est plus tardif. Il faut attendre les années 1960 pour que la première école dédiée voit le jour sous l’impulsion de Pierre-Valentin  Marchesseau, biologiste et philosophe émérite. Son enseignement influence encore les thérapeutes les plus connus, tels que Daniel Kieffer, ou Alain Rousseaux. La discipline connaît petit à petit un essor qui l’amène à intégrer les services de la prestigieuse Organisation Mondiale de la Santé en 1983.

retour au menu ↑

Les grands principes de l’approche naturopathe 

Comme nous venons de le voir, la naturopathie est donc bien une authentique forme de médecine qui s’appuie sur un raisonnement bien construit. Voici ses grands principes de fonctionnement.

Ne jamais nuire au patient

Comme toute médecine, le premier principe de la naturopathie est de ne rien faire qui puisse nuire au patient de quelque manière que ce soit. C’est la raison pour laquelle elle agit en accord avec le fonctionnement naturel de l’être humain.

Appréhender la santé dans sa globalité

Dans l’esprit de la plupart des gens, la santé se caractérise par l’absence de maladie physique. Pourtant, il s’agit d’une notion bien trop réductrice qui ne peut convenir seule à un sujet aussi complexe. La naturopathie s’appuie sur la notion de santé globale de l’OMS. Qui définit cette dernière comme un état d’équilibre et de bien-être physique, psychique et social. Si un individu est en souffrance sur un, ou plusieurs, de ces trois aspects, il ne peut être considéré en bonne santé.

Être naturopathe, ce n’est donc pas simplement chercher à réparer le corps, mais permettre à un individu d’accéder à cet équilibre vital et l’aider à le maintenir. Le principal intérêt de cette manière de concevoir la médecine, c’est qu’elle propose une prise en charge plus complète en évitant que le dérèglement de l’un des trois piliers de la santé ne se répercute sur les autres.

S’adapter à chaque individu

Contrairement à la médecine allopathique, la naturopathie ne soigne pas un symptôme, ni une maladie, mais bien un individu. Chaque personne est différente, aussi bien sur le plan biologique qu’émotionnel. Deux personnes atteintes du même problème n’ont ni le même vécu, ni les mêmes attentes. Il est donc primordial de leur proposer une prise en charge entièrement personnalisée.

Bien sûr, le naturopathe, comme le médecin classique, est guidé dans son action par les principes biologiques auxquels tout un chacun est soumis. Mais il a conscience que deux corps ne réagissent pas nécessairement de façon identique. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’écoute est fondamentale pour tout thérapeute qui aspire à devenir un naturopathe accompli. 

Donner la priorité à la prévention

La meilleure manière de soigner une maladie est encore d’empêcher qu’elle survienne. Contrairement à la médecine classique qui est essentiellement curative, la naturopathie se veut avant tout préventive. En analysant les causes des dysfonctionnements à l’origine des pathologies, le thérapeute aide son patient à mettre en place une hygiène de vie et des habitudes propices la santé. Lorsqu’un organe montre des signes de faiblesse, il en recherche la cause pour résoudre le problème, même si la situation ne donne pas encore lieu à une maladie particulière. Cette attitude permet de préserver la santé globale de façon durable et de réduire le besoin de traitements plus importants par la suite.

Utiliser la nature pour guérir

Comme son nom l’indique, le naturopathe ne prescrit que des traitements naturels. Il n’utilise aucun médicament de synthèse, considérant que la palette de possibilités offerte par la nature est déjà suffisante. Cela suppose une connaissance approfondie des plantes et de leurs effets afin de les utiliser correctement, car dans le cas contraire, elles peuvent être très nocives. Mais ce n’est pas la seule arme du thérapeute pour guérir. La naturopathie recoupe de nombreux domaines tels que la nutrition, la connaissance des flux énergétiques du corps, sans oublier quelques notions de psychologie.

Fleurs médicinales
Fleurs médicinales

Éduquer pour favoriser l’autonomie et le bien-être

Contrairement à de nombreux médecins traditionnels, le naturopathe ne se place pas dans une posture paternaliste vis-à-vis de son patient. Son but n’est pas de le garder captif en utilisant son savoir pour être en position de force. Au contraire, son principal souci est d’éduquer ceux qui font appel à lui pour les rendre autonomes. La culture du bien-être fait partie des grands principes de la naturopathie. Un individu heureux et épanoui a moins de risque de développer une pathologie. Cet épanouissement passe par la connaissance des clés nécessaires à une hygiène de vie qui favorise la santé. Le rôle de transmission du naturopathe est donc des plus importants dans ce sens.

Quelles maladies soigner grâce à la naturopathie ?

La naturopathie peut aider à soigner de multiples affections. Il peut s’agir de maux sans grande gravité, tels que les problèmes de peaux courants, les maux de tête, les règles douloureuses, les maux de ventre, ou la fatigue passagère. Son efficacité est également connue dans le traitement de nombreux troubles dont l’origine est à la fois physique et psychologique : stress, angoisses, insomnies, phobies, ou encore prise de poids sans cause alimentaire directe. Enfin, et bien que ce dernier aspect soit moins connu, elle peut intervenir pour aider à la gestion de maladies plus graves, en complément d’une thérapie conventionnelle.

On aurait tort de penser que cette médecine naturelle s’oppose totalement à la médecine allopathique. Ce préjugé tenace repose sur une mauvaise connaissance de la naturopathie et de ses principes.

Tout comme sa cousine conventionnelle, elle prend pour base un raisonnement scientifique et n’a pas pour vocation à se substituer aux traitements prescrits par un médecin. Au contraire, elle a pour rôle d’accompagner le malade, en complément de son traitement lorsque celui-ci demeure indispensable. Elle cherche simplement à diminuer la quantité de médicaments absorbée en misant sur la prévention et en explorant des alternatives naturelles lorsqu’elles existent. Si une médication conventionnelle s’avère indispensable, le naturopathe accompagne le patient pour une meilleure guérison et pour diminuer les effets secondaires. Le champ d’action du thérapeute est donc des plus vastes.

retour au menu ↑

Pourquoi devenir naturopathe ?

Devenir naturopathe et en faire son activité exclusive peut parfaitement être envisagé comme un but en soi. C’est une activité humaine qui demande une grande empathie et un sens de la psychologie aigu. Un choix de carrière idéal pour celles et ceux qui veulent exercer un métier utile à la communauté et tourné vers les autres. C’est aussi un formidable outil complémentaire d’autres thérapies alternatives. Les professionnels qui les pratiquent déjà peuvent y trouver un outil supplémentaire pour venir en aide à leurs patients et les aider à avancer sur le chemin de la guérison.

Devenir naturopathe est aussi un excellent choix de reconversion professionnelle. Le besoin d’exercer un métier qui a du sens est de plus en plus fort. De nombreuses personnes ressentent le besoin de se réaliser autrement que sur le plan financier lorsqu’elles approchent de la quarantaine. La naturopathie est une voie toute naturelle pour répondre à cette attente. Il n’y a pas d’âge pour entreprendre un parcours de formation en ce sens. Au contraire, y venir en seconde partie de carrière permet d’apporter une expérience de la vie qui nourrit la pratique du thérapeute.

retour au menu ↑

Comment se former ?

Il est maintenant temps d’aborder la question cruciale du parcours de formation pour qui envisage de devenir naturopathe. Voici les différentes options qui s’offrent à vous.

Naturopathe Certifié 12 modules

Conçue par des professionnels, est reconnue par l'IPHM et le CMA
197€597€ En savoir plus
Satisfait ou Remboursé

Le cadre juridique du métier

Il n’existe pas de parcours type pour devenir naturopathe, car il ne s’agit pas d’un métier reconnu par l’État, tout au moins en France. Ne cherchez donc pas de diplôme officiel de naturopathe, cela n’existe pas. En théorie, vous pouvez vous installer dès demain sans suivre la moindre formation préalable. Bien évidemment, ce n’est pas la voie que nous vous conseillons de suivre. Se lancer sans formation n’est bénéfique ni pour le patient, ni pour le naturopathe. La clientèle se gagnant principalement par bouche-à-oreille, votre cabinet serait rapidement déserté.

Le titre de conseiller en naturopathie

C’est le seul certificat inscrit au Registre National des Certifications Professionnelles en France. Ce n’est pas un diplôme, mais un titre professionnel censé donner un cadre à la formation au métier de naturopathe. Il est dispensé par certains lycées professionnels. D’une durée de 1 350 heures, réparties sur 12 mois en formation pour adultes, ce cursus alterne cours théoriques et stage de formation pratique.

Les cours sont dispensés par de nombreux intervenants : des naturopathes, des nutritionnistes, mais aussi des médecins, des pharmaciens, ou encore des psychologues. Les matières abordées sont très variées.

herbes médicinales
herbes médicinales

Théorie et pratique

Étant donné que le certificat débouche sur l’obtention d’un titre reconnu par l’État, cette formation peut sembler être une solution idéale pour devenir naturopathe. Cependant, les choses ne sont pas forcément si évidentes. Le titre de conseiller en naturopathie possède plusieurs points faibles. La reconnaissance au RNCP, par exemple, n’a de réel intérêt que si vous souhaitez exercer dans une structure publique et les places dans ce type d’établissement sont rares. Si vous souhaitez ouvrir votre propre cabinet, cela ne fait aucune différence et l’ensemble du métier n’est pas vraiment sensible à un tel statut.

Le second problème de cette formation, c’est qu’elle suppose une réelle capacité à travailler en autonomie. En effet, lors des cours, les professeurs donnent des informations assez générales. À charge de l’étudiant de les approfondir ensuite. Si vous avez besoin d’un minimum de soutien ou d’encadrement, vous risquez de vous sentir rapidement perdu et de décrocher. C’est la raison pour laquelle on constate des différences de niveaux assez significatives entre les naturopathes à la fin de leur formation.

Autre inconvénient majeur, c’est que, malgré la présence de stages pratiques, ce diplôme donne une approche trop académique du métier. Ce défaut est commun à toutes les formations universitaires qui privilégient la théorie à la réalité du terrain. La naturopathie fait partie des disciplines où les retours d’expérience comptent autant que le savoir théorique. Ce n’est pas des pathologies, mais des individus qui viendront frapper à la porte de votre cabinet. Il est donc important qu’une formation vous engage à développer vos qualités humaines autant que vos connaissances.

Titre RNCP 

Ultime point qui peut donner à réfléchir : le manque de flexibilité. Pour suivre ce cursus, vous devez être totalement disponible durant une année entière, ce qui n’est pas forcément évident selon votre situation familiale et vos ressources. Compte tenu de l’ampleur du travail personnel nécessaire pour réussir les examens, il n’est pas envisageable de prendre un travail alimentaire à mi-temps pour financer ses études. En résumé, le titre RNCP est une idée séduisante, mais il ne convient pas à tous les profils.

Les écoles de formation privées

À côté de la formation d’État, il existe de nombreuses écoles privées qui dispensent des cursus en naturopathie. Certaines sont affiliées à la Fédération Française des Écoles de Naturopathie, ce qui est évidemment un gage de sérieux. Elles offrent davantage de flexibilité que les cours en lycée professionnel, puisque certains établissements proposent des sessions qui ont lieu uniquement le week-end ou sous forme de cours du soir. Le choix des intervenants est du ressort du centre de formation. Il n’est pas toujours aisé de juger de leur expérience ou de leur compétence. De fait, la qualité de l’enseignement, de même que le contenu du programme varie beaucoup d’une école à l’autre.

Si certaines dispensent des formations d’une qualité indéniable, le principal obstacle reste le prix. Comme dans toute structure privée, il faut compter plusieurs milliers d’euro pour une année. Sans parler des coûts annexes que sont les fournitures, le transport et la nourriture. Compte tenu de la non-reconnaissance du certificat de réussite, il est rare que ces sommes puissent faire l’objet d’une prise en charge par un organisme d’aide. Si vous avez suffisamment d’économies pour que l’argent ne soit pas un problème et de temps pour comparer le programme des différentes écoles, vous pouvez envisager cette solution.

L’immersion en milieu professionnel

Comme il n’est pas nécessaire de posséder un diplôme pour s’installer comme naturopathe, vous pouvez choisir d’apprendre le métier en vous formant auprès d’un thérapeute déjà en activité. Cette option présente l’avantage d’être directement immergé dans le quotidien de votre futur métier et de tirer profit de l’expérience de votre mentor. Vous pouvez lui poser autant de questions que vous le souhaitez et apprendre pas à pas, à ses côtés sur le modèle de l’apprentissage largement utilisé dans d’autres professions.

Le revers de la médaille, c’est que pratiquer et enseigner sont deux choses différentes. La pédagogie est loin d’être innée. Si vous tombez sur un thérapeute qui peine à vous transmettre ses connaissances, votre formation sera incomplète. De plus, vous n’apprendrez qu’une seule vision du métier qui correspond aux pratiques de votre maître d’apprentissage. Vous vous coupez donc de nombreuses autres façons de faire et de voir les choses. Sans compter que certaines de vos interrogations risquent de dépasser le champ de compétences de celui qui vous forme.

Pour finir, se lancer dans cette voie demande beaucoup de temps durant lequel vous ne serez pas, ou peu, payé. Pour rester dans la légalité, vous devez disposer d’une convention de stage, ce qui suppose d’avoir un organisme référent pour la signer. La durée légale d’un stage est limitée dans le temps. Si l’immersion professionnelle est un bon complément de formation, elle ne saurait se substituer totalement à des cours traditionnels.

Les formations à distance

La dernière solution qui s’offre à vous pour pratiquer la naturopathie consiste à suivre une formation à distance. Des professionnels passionnés font le choix de transmettre leur expérience et leur savoir par ce moyen. Pour compléter le contenu de leurs cours, ils font appel à des intervenants extérieurs comme le ferait un centre de formation. Si vous êtes vigilent quant au contenu proposé, vous pouvez trouver des formations de grande qualité.

Apprendre à distance possède de nombreux avantages. Le premier d’entre eux étant la flexibilité. Vous pouvez apprendre à votre rythme et vous ménager du temps pour conserver une activité salariée à côté en cas de besoin. Inutile de choisir entre votre projet de reconversion et votre sécurité financière.

Se former à distance ne veut pas dire être livré à soi-même, au contraire. Vous pouvez bénéficier d’un enseignement adapté à vos besoins. Grâce aux nouvelles technologies, vous pouvez rester en contact avec vos professeurs, mais aussi échanger avec les autres participants pour partager votre expérience et conserver votre motivation intacte. L’entrée en formation est souvent possible à tout moment de l’année, vous êtes donc totalement libre.

Le tarif est bien moins élevé que le coût d’une école de naturopathie classique. Des facilités de paiement sont couramment disponibles pour vous éviter de sacrifier votre budget. Il est possible de compléter cet apprentissage par un stage chez un professionnel. La formation à distance est un excellent compromis entre qualité et flexibilité qui permettra au plus grand nombre de profils de pouvoir accéder à ce merveilleux métier qu’est celui de thérapeute naturopathe.

retour au menu ↑

Conclusion

Loin de l’image de superstition illuminée dont elle est encore trop souvent victime, la naturopathie est une authentique forme de médecine, pratiquée depuis l’Antiquité et officiellement reconnue par l’OMS. Complémentaire de la médecine allopathique, elle est axée sur la connaissance de la capacité du corps à se réparer grâce à son énergie vitale. Axée sur la prévention avant tout, elle traite chaque individu dans sa globalité en tenant compte de ses spécificités propres. Le métier de naturopathe demande de grandes qualités d’écoute et d’empathie, alliées à l’envie de venir en aide aux autres.

Si la pratique de la naturopathie se suffit en elle-même, c’est aussi un formidable outil pour les thérapeutes déjà en activité qui souhaitent ajouter une nouvelle corde à leur arc. Faute de parcours officiel, plusieurs possibilités de formation existent : titre RNCP, écoles privées, immersion, ou formation à distance. Cette dernière option vous permet d’apprendre à votre rythme, à moindre coût, tout en bénéficiant de l’expérience et des conseils de professionnels qualifiés. Qu’il s’agisse d’un premier choix, ou d’une reconversion professionnelle, c’est un beau projet porteur de vie et d’espoir !

NATUROPATHE
Certifié

Devenir naturopathe : une formation accessible à tous

 

 

Conçue par des formateurs et praticiens en naturopathie qui ont souhaité partager et transmettre leurs savoirs avec le plus grand nombre, la formation est reconnue par IPHM

197€
Satisfait ou Remboursé

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Julie
Julie
26 jours il y a

Je suis ton blog depuis quelques temps, et j’ai adoré cet article ! Ta phrase d’introduction m’a rappelé un de mes amis qui m’a répondu lorsque je lui ai dit que je voulais entreprendre des études de naturopathie : « Mais, c’est le truc que ma grand-mère fait quand je suis pas bien ! T’as pas besoin d’études pour ça, tu prends 2-3 plantes et hop c’est bon »…. Merci pour ce brillant commentaire cher ami lol
J’aime beaucoup ça, et je trouve beaucoup agréable de se soigner par les plantes que par les médicaments. Et puis bon, après tout les molécules servant aux médicaments sont à la base dérivés des plantes (bien modifiés ensuite certes, mais venant des plantes quand même).
La nature a tellement à nous apporter ! Il faut vraiment en profiter. J’espère en tout cas réussir mes études et pouvoir devenir bientôt naturopathe !

1
0
Laissez votre avis.x
()
x
Nutrition Fitness
Enregistrer un nouveau compte
réinitialiser le mot de passe